Google et l’innovation

Google prépare l’avenir avec les nouveaux produits de demain
Google ne veut plus être qu’une « simple » régie publicitaire. Fini l’air du moteur de recherche à bouton unique. Gmail et compagnie n’ont qu’à bien se tenir car Google innove dans des projets qui vous feront sortir de devant votre écran !

Les lunettes de Google

Google glass
Alors oui, on parle de lunettes connectées. Depuis maintenant un moment nous les attendons. Google nous a fait saliver avec une vidéo montrant le concept. Effet garanti, toute la presse en a parlé. Des généralistes aux plus technophiles, impossible de rater l’information. Armées de capteur équivalent à ce que l’on trouve sur les derniers smartphone, il sera possible d’appeller, d’envoyer des messages par le propre son de la voix, prendre des photos ou encore de se repérer dans l’espace.

Alors, on repense à retour vers le futur, le cinquième élément et beaucoup d’autres films. On fantasme sur ce que sera le futur. Mais non ! Les Google glass c’est déjà aujourd’hui. Comme d’habitude pour la marque multi couleur, on commence avec un beta version pour quelques 1.500 euros. Certains parlent même d’un modèle proche des 300 euros à peine ! Une bouchée de pain pour un produit si… euh… futuriste ? Et on attend les futurs projets innovants qui sortiront autour de ces lunettes avec impatience !

Google car
Mais que cherche à faire Google ? On imagine bien le braimstorming général :

– Eric Schmidt : « Bon les gars, pour un carambar, si je vous dis verres qui pourraient devenir un écran, que me diriez-vous ? »

– Stagiaire Google : « Lunettes ! Voiture ! » Et pourquoi pas fenêtre tant qu’on y est…

La Google car est un principe simple : voiture sans conducteur. Souvent imaginer, le géant américain a réussi un véritable pari. Celui de changer la loi dans plusieurs états américains afin de permettre la conduite de voiture sans conducteur. Là encore, on est loin de la fiction puisque ce ne sont pas moins de 500.000 km parcourus en 1.600 heures (soit une moyenne de 312 km/h ???) par ces nouvelles voitures. Evidemment la technologie coûte très chère. On parle de 150.000 euros pour le moment mais le CEO de Google fait le pari d’une baisse de prix rapide de la technologie la plus coûteuse : la télédétection par laser (70.000 euros à ce jour). On parle de 5 ans d’attente avant de voir arriver ce type de modèle. Si Google ne devrait pas proposer ses propres modèles, on imagine que certains constructeurs seront à l’affut.

Le Chromebook

Quand Google décide d’entrer en concurrence direct avec le 1er métier historique d’Apple ça donne le ChromeBook. Doté d’un design propre, moderne et agréable, la futur machine américaine étonne. Si Google se vante de son écran capable d’assumer une résolution proche de la perfection et d’un écran tactile, les chiffres de stockage étonnent. 32 Go de disque dur. Soit en gros l’équivalent d’un ordinateur des années 2000… Evidemment, ce n’est pas le résultat d’un manque de moyen mais plutôt un pari sur l’avenir : Le cloud ! L’éternel cloud, tout le monde en parle mais qui est prêt à se passer pour de bon d’un disque dur ? C’est un risque que Google va tenter dénouer. Réponse dans quelques mois.

Le Google store

Les futurs Googles stores ne sont pas une innovation en soi. Mais c’est une nouveauté stratégique de la marque. En se rapprochant de la population, comme le fait Apple, le géant Google s’offre un moyen de vendre des terminaux en propre. Malgré Internet, les stores pour les produits technologiques hauts de gamme continuent et resteront un élément primordial dans la stratégie d’équipement de la population. Le consommateur veut voir, il veut tester. Les boutiques Apple sont combles à toutes heures, tous les jours et Google cherche à suivre le chemin tracé par la marque à la pomme.

Les boutiques vont permettre de rapprocher la marque et le consommateur. Elle va permettre de répondre à leurs questions et de leur proposer des essais produits dans des conditions optimales. De plus, avec des produits innovants, comme les Google Glass, le consommateur va avoir besoin d’avis et d’essayer.

 

Source : Agence web tunisie

Modizy : Le social shopping intelligent

Modizy : Le social shopping intelligent

Avec plusieurs milliers d’inscrites, modizy se pressente comme une entreprise innovante de social shopping intelligent. Je vous avais présenté The Fancy, le top site du social shopping aux Etats-Unis, place maintenant à Modizy, concurrent direct en version française. Avec son principe d’intelligence artificielle il a su se démarquer et ainsi devenir l’une des entreprises françaises en vogue.

Le logo de Modizy

Une histoire d’e-rencontre
L’idée de Modizy vient de Benoit Feron et Luc Falempin alors en dernière année d’études au MBA MCI de l’Institut Léonard de Vinci. Drôle de hasard, ils rencontrent chacun de leur côté sur Internet une même personne : Florian Poullin, ingénieur en télécommunication. Après quelques échanges et rencontres, ils décident de lancer ensemble ce projet d’e-commerce sur trois tendances en vogue : la mode, l’intelligence artificielle et le big data.

Les deux jeunes diplômés MCI créent l’entreprise mais partent en stage afin d’acquérir un peu plus d’expérience avant de se lancer dans le bain de l’entreprenariat. Luc fait ses dents chez ADSonwall comme account manager, Benoit chez Boosket (leader de la marketplace sur Facebook)

C’est à la fin de l’été 2012 que toute l’équipe est une bonne fois pour toute réunie sur ce projet. Quelques mois après, et après plusieurs récompenses dans les concours de jeunes créateurs, l’entreprise lève 210.000 euros. Le début d’un succès ?

Qu’est ce que c’est ?
Tout comme nous l’avons vu avec The Fancy, il s’agit de Social Shopping autour de la mode féminine. La principale différence avec son monstre de concurrent américain est l’intelligence artificielle. Elle permet une personnalisation très utile et qui ne va cesser de s’affiner avec le nombre de personnes inscrites.

Une fois l’inscription réalisée, le site nous propose de donner notre avis sur 15 produits. « aime » « n’aime pas ». En fonction de vos réponses, les produits mis en avant seront personnalisés. Ensuite, le site enregistre tous vos coups de coeur et vos achats afin de ne proposer que ce que vous pourriez aimer. Et il va encore plus loin avec un principe communautaire fort. Vos choix seront aussi personnalisés en fonction de ce que aiment et achètent vos amis. C’est donc bien là que réside son avantage concurrentiel. L’internaute ne perd pas de temps avec des produits qu’il n’aimera pas.

En tout, plus de 50 partenaires font confiance à Modizy : Galleries Lafayette, Urban Outfitter, Lemon Curve et beaucoup d’autres.

Retrouvez ci dessous l’interview de Benoit Feron, l’un des cofondateurs sur BFM :

Quel avenir ?
On se doute que The Fancy finira par arriver en France pour de bon. A ce moment là, Modizy sera t-il capable de résister ?

Benoit Feron est confiant : « nous imposer rapidement comme la référence du Social Commerce de mode en France, puis à l’international. Suite à l’engouement de nos partenaires, nous prévoyons dans les mois à venir le développement de notre propre place de marché »

Oui, il y a des raisons d’y croire. Préférez vous un four tout agréable à regarder ou un site intelligent qui vous écoute pour ne vous proposer que des produits utiles que vous allez aimer ? Modizy sait communiquer. Un blog bien fait avec des thèmes récurrents : Interview de bloggeuse, look de la semaine, etc. Une fan page qui compte plus de fan tous les jours et un nombre d’inscrits qui croit à toute vitesse et des jeux concours bien pensés.

Il se murmure qu’une nouvelle version du site va voir le jour d’ici quelques mois. Modizy attend toujours plus d’inscrits pour que son algorithme soit toujours plus efficace. Ne perdez plus de temps et inscrivez vous 😉

En attendant, on souhaite plein de courage et de réussite à cette jeune entreprise française dont on pourrait entendre parler pendant très longtemps et aux quatre coins du monde !

Soource : Agence web tunisie

 

taobao : l’empire du milieu

taobao ne laisse que des miettes

taobao est l’entreprise d’e-commerce la plus puissante de Chine. Des chiffres à faire saliver tout les investisseurs du monde : Un chiffre d’affaire autour de 100 milliards d’euros, 60 millions de VU par jour (oui vous avez bien lu). Pire encore, il represente 80% du marché CtoC et 50% du marché BtoC chinois sur Internet !!!!!!!

Le logo de taobao

Piqure de rappel et comparatif

Au cas où vous auriez passé les 20 dernières années enfermé dans un bunker, voici un petit rappel de la République populaire de Chine dans le monde :

Population : 1.350.000.000 d’habitants (550.000 pour L’U.E, 350 pour les Etats-Unis, 65.000.000 pour la France)
2e puissance économique du monde derrière les USA mais un faible PIB par habitant (2.500 USD contre 36.000 pour les USA et 24.000 pour la France)
1er producteur d’énergie solaire et 2e producteur d’énergie éolienne
Taux d’équipement d’Internet entre 40 et 50% en 2012 (plus de 80% aux USA et en France)
1ère croissance en taux d’équipement mobile (+55% en 2011)
Moteur de recherche principal : Baidu avec 65% du marché et Google avec 33%
Réseaux sociaux favoris : QZone et Sina Weibo
Comment fonctionne Taobao ?
Un consommateur différent
e-commerce-chine
On peut imaginer que si E-Bay a fait un rapide aller retour en Chine c’est que les façons de faire ne sont pas les mêmes.

Tout d’abord il faut regarder au niveau du consommateur. Les attentes ne sont pas tout à fait pareilles que chez nous. Premièrement, l’aspect de contact entre acheteur et vendeur est primordial en Chine. Quelques clics c’est bien mais discuter c’est mieux ! Ensuite, l’aspect confiance est encore plus fort que chez nous.

Une réponse aux besoins
Taobao répond parfaitement aux besoins locaux avec un outil efficace : ALiWangWang qui est un outil de discussion instantanée. Il permet un échange en direct avec le vendeur. Ici le prix n’est pas à débattre car il est fixe au contraire d’E-Bay. Il s’agit simplement d’instaurer une relation réelle.

Ensuite, le site répond à l’aspect confiance par plusieurs moyens : ALiWangWang encore une fois, un community management efficace sur les réseaux sociaux chinois (qui sont plus presents en Chine qu’aux Etats-Unis), un bouche à oreille puissant et une implantation solide dans le pays. Si on ajoute que l’entreprise est 100% chinoise bon courage à la futur concurrence.

avis taobao

Un site trois en un
Taobao.com est le site principal. Il propose une plateforme d’échange entre consommateurs qui represente 80% de part de marché en Chine en CtoC sur Internet. Le site est parfaitement tourné 2.0 avec les avis et notes des consommateurs. Tout comme E-Bay, les consommateurs proposent tout genre de produit. J’ai pris l’exemple d’un achat d’Iphone 5 : Des milliers d’offres à n’en plus finir que l’on peut classer selon différentes catégories (localisation, prix ou encore note du vendeur, etc). Pour le célèbre smartphone comptez entre 6.000 et 4.500 Yuan (734 à 550 euros).

e-commerce-Chine-TMALL

Vient ensuite, Tmall.com. Ce site represente 50% du marché BtoC par Internet en Chine. Contrairement au site qui fonctionne bien chez nous, celui-ci propose de tout ! Nourriture, high-tech, textile, pièce-auto, bijoux, etc. Toutes les marques peuvent vendre sur le site. Cependant attention avant de venir, les prix forts ne trouvent pas preneur ! Les prix dépassent rarement 10 euros et l’on trouve l’utilisation des logos de marques connues (Louis Vuitton, Channel) pour des produits qui n’ont rien à voir.

Le petit dernier est Etao. Contrairement aux deux autres il ne s’agit pas d’un marketplace mais d’un moteur de recherche de produits.

Mais où est donc la concurrence ?
Ne cherchez pas plus loin, la concurrence ne réussit pas. Le pire exemple est celui d’E-Bay. La fameuse marque de CtoC américaine avait senti le coup d’un marché d’opportunité en investissant 300 millions d’euros. Pas de bol, c’est le néant ! Pendant que Taobao pense et repense le système à la chinoise, E-Bay calque son système Americain. Pas de hotline, aucun contact acheteur/consommateur. De plus le site visait les petites PME qui ne sont que très peu sur le Web. En plaçant deux « étrangers » sans aucune connaissance du pays, de la langue ou de la culture, ils se sont plantés (comme bien d’autres). Derniers points, il n’est pas possible de s’aventurer en Chine (et en Asie) sans connaitre les clefs, les leviers du commerce comme les canaux de communication ou de distribution. Pour la grande marque américaine c’est un échec.

Peut-on se faire livrer en France ?
Et bien oui ! Du moins si vous faites confiance à l’acheteur pour vous l’envoyer… Et si vous êtes capable de communiquer avec lui. Mais il est aussi possible de trouver une aide française sur différent forum comment bonjour Chine. Les amateurs de mangas et de produits chinois apprécieront à coup sur.

Envie de Créer un site e-commerce Tunisie , n’hésitez plus, webplus Agence web tunisie est là pour vous 😉

création site web gratuit tunisie

Agence Web à tunisie – Création de site internet & Référencement
Création de site vitrine, E-commerce, E-catalogue, CV en-ligne, Site Portfolio :

L’agence webplus à tunisie

spécialisée dans la communication web par le biais de la création de sites internet, le référencement (SEO) de site web et la gestion de campagnes de publicité en ligne (Google Adwords, Bing ads).
Chacune de nos prestations incluent un support 24/24 complet et gratuit pour vous permettre la prise en main rapide de vos nouveaux outils de communication sur internet (formation à l’utilisation et l’édition de votre site internet, appels pour support technique disponible 24/24h).
Nous proposons des prix attractifs et des prestations de qualité pour petites et moyennes structures.
L’agence web tunisie webplus vous propose aussi la création gratuite d’une maquette de votre futur site internet pour tout projet sérieux. Vous pouvez faire votre demande par le biais de notre formulaire de demande de devis.

L’Agence Webplus prend en charge la création de tous type de sites internet. Nous vous proposons toute une gamme de services complémentaires pour une optimisation totale de votre site web sur toute la tunisie .

Tous nos sites sont conçus pour apporter la meilleure expérience utilisateur tout en garantissant une optimisation SEO complète pour favoriser votre positionnement dans les résultats de tous les moteurs de recherches.

Le Japon propose une stratégie de coopération à long terme avec la Tunisie

Le Vice-ministre japonais des Finances, Nakao Takehiko a proposé «d’élaborer une stratégie de coopération à long terme avec la Tunisie, dans les domaines de l’infrastructure et de développement», indique un communiqué, publié mercredi, par le ministère des Finances.

M.Takehiko, actuellement en visite de travail en Tunisie, s’est entretenu, mercredi, avec M.Houcine Dimassi, ministre des Finances au sujet des perspectives de coopération entre les deux pays.

«Le Vice-ministre japonais a déclaré que sa visite en Tunisie a pour objectif d’examiner les moyens à même de promouvoir la coopération tuniso-japonaise, notamment dans le domaine financier», a souligné la même source.

Pour sa part, M.Dimassi a informé son homologue japonais que «l’année 2011 était difficile pour l’économie nationale et que les premiers indicateurs relatifs à l’année 2012 laissent prévoir, malgré les pressions qui pèsent sur l’économie tunisienne, une reprise du rythme normal de la production et ce, dans plusieurs domaines tels que l’industrie, le tourisme et l’agriculture».

Tunisie/Jordanie: Accord de coopération économique et commerciale

Un accord de coopération et de partenariat dans les domaines économique et commercial a été signé entre la Tunisie et la Jordanie, en marge de la visite d’une mission d’hommes d’affaires tunisiens dans ce pays, les 25 et 26 janvier.

Participent à cette mission, 15 entreprises opérant dans différents domaines commerciaux et industriels (agroalimentaire, artisanat, pièces de rechange automobiles, peinture pour bâtiments…).

Cet accord a été signé par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Centre (Tunisie) et la Chambre de Commerce d’Amman.

Il stipule le développement des échanges commerciaux bilatéraux et la prospection des opportunités de partenariat entre les deux pays à travers l’échange d’informations et la solution des entraves qui freinent le commerce, selon un communiqué publié vendredi, par la direction de l’information au ministère des Affaires étrangères.